Mein Kampf ne fait plus fureur

Le Vif/L'Express |

Septante ans après le suicide d'Adolf Hitler, son bréviaire de la haine raciale et antisémite pourrait signer son retour dans les kiosques allemands. En Belgique, la «bible» du nazisme n'a jamais déserté les librairies. Mais ne s'y vend qu'à l'abri des regards. Reportage.

Licencié à cause de son profil Facebook !

La Dernière Heure |

Un chauffeur bruxellois d'un sous-traitant d'un groupe de grande distribution a été licencié, mercredi, pour avoir posté sur son mur Facebook un montage reprenant le terrible slogan «Un bon Juif est un Juif mort» en cours sous le IIIe Reich.

Être juif en Belgique en 2015

Le Soir |

Ne dites pas que vous n’avez jamais entendu ce stéréotype: «Les Juifs sont paranos, ils ont peur de tout.» Sans faire de psychanalyse à deux balles, on pourra toujours répondre que six millions de morts dans les camps nazis sont passés par là.

'Massaal migreren? Hier heerst gelukkig geen massahysterie'

De Standaard |

Een overrompeling door Belgische Joden hoeft Israël niet meteen te verwachten. Ondanks de 'warme uitnodiging' van premier Netanyahu blijft een exodus voorlopig uit. 'Maar hoewel er weinigen echt vertrekken, praten velen wel over een eventuele verhuizing. En dat is nieuw.'

Un prof à une élève juive: «Tous dans des wagons»

La Dernière Heure |

Nouvel incident d'intolérance dans un établissement scolaire bruxellois, plus inacceptable puisqu'il est le fait d'un enseignant. Lors d'un cours de mathématiques à une classe de 5e secondaire, il a fixé du regard une élève de confession juive, puis déclaré: «On devrait tous les mettre dans des wagons.» Bien que prise de court, Sarah a néanmoins répondu au professeur qu'on «ne rit pas avec ces choses-là». Quelques instants plus tôt, le prof de math visant une élève d'origine polonaise lui a déclaré: «Tu devrais rentrer en Pologne.» Ceci en singeant l'accent allemand.

Hommages aux victimes

La Capitale |

L'association Belgium stands with Israel avait appelé au rassemblement à la synagogue d'Uccle, avenue du Messidor, ce mercredi soir, pour rendre hommage aux victimes du terrorisme en France. «Hommage aux 17 victimes des 3 jours de terreur à Paris», disait l'événement.