CDH: l’échevin négationniste a été exclu

Le Soir |


Le CDH n’a pas traîné. Dimanche soir, le Comité de déontologie du parti humaniste a exclu de ses rangs l’échevin des Travaux et des Sports de Crainhem, Thierry Van De Plas. L’élu a reconnu avoir été l’auteur, sur Facebook, d’un message négationniste: «Les chambres à gaz, c’est du bidon!». «Nous sommes horrifiés par l’extrême gravité de ces propos», ont indiqué le secrétaire général du parti Eric Poncin et le président du Comité de déontologie, Dominique Drion. Le CDH avait été mis en alerte par la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA), qu’il remercie. M. Van De Plas est exclu du CDH qui demande également qu’il soit privé de son poste d’échevin.

Le CDH n’a pas traîné. L’échevin humaniste des Travaux publics et des Sports de Crainhem, Thierry Van De Plas, a été démis dimanche soir de sa qualité de membre du parti après avoir été mis en cause par la Ligue belge contre l’antisémitisme (LBCA) pour avoir fait état, dans un échange sur Facebook, de convictions négationnistes: «Pour moi, c’est clair, j’ai investigué dessus, je me suis littéralement plongé dedans, j’ai été consulté (sic) des archives à Auschwitz, j’ai rencontré un juif ancien déporté, j’en (ai) parlé avec des historiens de musée (sic) de la déportation, j’en ai parlé avec un ancien résistant devenu révisionniste, j’ai lu un tas de truc (sic). J’ai été cherché (sic) des bouquins, j’ai rencontré Faurisson (NDLR : un historien négationniste) et ma conclusion est la même qu’Olivier Mathieu (NDLR : un négationniste condamné à Bruxelles en 1991): «Les chambres à g…, c’est du bidon».

Thierry Van De Plas, contacté par le président du Comité déontologique du CDH, a admis être l’auteur de ces propos. Le Comité en a tiré immédiatement les conséquences et a prononcé l’exclusion du parti de l’échevin fautif. «Il y avait clairement un manquement grave à la charte de déontologie et d’éthique à laquelle doivent souscrire tous nos candidats et élus», dit-on rue des Deux- Eglises. Cette charte se réfère aux «génocides dont l’existence a été établie par les institutions nationales, européennes et internationales» ainsi qu’aux normes en matière de racisme, de xénophobie, d’antisémitisme et de négationnisme. Privé de sa qualité de membre du CDH, Thierry Van De Plas, qui «espérait un avertissement», devrait être démis de ses compétences scabinales ce lundi et invité à remettre son mandat.

L’échevin Van De Plas «nie être un négationniste». Il replace cet échange «privé» dans le cadre de l’énervement consécutif à une conversation qui s’était déroulée il y a un an, en septembre 2013, à partir du «mur» Facebook d’Alain Destexhe (MR). L’échevin avait alors pris l’initiative de s’adresser en direct à une intervenante d’un débat qui était né sur le thème de l’efficacité des lois mémorielles, une question qui fut débattue avant l’adoption de ces lois. «Rien de ce que j’ai écrit n’est vrai, assure Thierry Van De Plas. Je n’ai pas rencontré Faurisson. J’ai déconné dans le cadre d’une conversation privée. C’était une réaction à chaud. J’ai replacé sous mon message une vidéo de l’émission Ciel mon mardi (TF1) de 1991 où Olivier Mathieu est victime d’une agression sur le plateau. Je voulais dire, en écrivant ces mots, que ce n’est pas en frappant sur les gens qu’on lutte contre le négationnisme.»

Mais, dans son message négationniste, il ne faisait pas mention de sa désapprobation pour ces violences. Il avait aussi joint une vidéo de Robert Faurisson, plusieurs fois condamné pour révisionnisme, avec le commentaire suivant, adressé à son interlocutrice: «Si vous arrivez à contrer ce documentaire, vous êtes très forte.» L’échevin se déclare «en colère» d’être «traité d’antisémite». « Dans ma commune, explique- t-il, j’ai accepté de prendre en charge gratuitement les surcoûts d’entretien du cimetière juif et je reçois avec plaisir des groupes de musique juive. J’ai été à Dachau et à Auschwitz. Je suis sensible à la souffrance des Juifs. Je me suis bien rendu compte de l’ineptie des propos négationnistes. Je m’excuse auprès des personnes que j’ai choquées.»

Ces messages, vieux d’un an, étaient remontés à la surface en raison de l’organisation par l’échevin, le 15 octobre dernier, d’une conférence donnée dans les locaux de la commune de Crainhem par Jean Bricmont, le polémiste antisioniste et anticapitaliste qui professe la liberté d’expression totale, même pour les pires négationnistes (dont il n’est pas). «La personne qui nous a alertés, dit Joël Rubinfeld, président de la LBCA, a été l’objet du prosélytisme de M. Van De Plas. Elle a craint que cette conférence ne soit une tentative de faire adhérer d’autres personnes au négationnisme.»

MARC METDEPENNINGEN

Lire sur le site du Soir »

Antisémitisme Négationnisme Robert Faurisson Thierry Van De Plas cdH