Définition de l'antisémitisme

Historique

En 2004, lors de l'élaboration de sa première étude globale sur l'antisémitisme en Europe, l'EUMC a constaté qu'il n'existait pas de définition commune de l'antisémitisme au sein des différents Etats-membres de l'Union européenne. Par conséquent, l'EUMC, en collaboration avec l'OSCE et des ONG spécialisées en la matière, a rédigé une définition unique et détaillée dont l'objet est de «fournir un guide pratique permettant d'identifier les incidents, de collecter les données et de soutenir la mise en oeuvre et le renforcement de la législation traitant de l'antisémitisme.»

Timeline

2004
Élaboration de la Working Definition of Antisemitism par l'EUMC avec l'OSCE et des ONG
2005
Adoption du texte par l'EUMC
2006
Adoption du texte par le Groupe Parlementaire Multipartite Britannique contre l'Antisémitisme
» lire le rapport
2008
Adoption du texte par le Département d'État des États-Unis
» lire le rapport
2011
Adoption du texte par le Parlement Latino-Américain
2013
Adoption du texte par le Parlement Juif Européen

Texte intégral

Ce document a pour but de fournir un guide pratique permettant d'identifier les incidents à caractère antisémite, de rassembler des données et d'encourager la mise en oeuvre et le renforcement de la législation contre l'antisémitisme.

Définition de travail: «L'antisémitisme est une certaine perception des Juifs, pouvant s'exprimer par de la haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l'antisémitisme sont dirigées contre des individus juifs ou non-juifs et/ou leurs biens, contre les institutions de la communauté juive et contre les institutions religieuses juives.»

En outre, l'Etat d'Israël, perçu comme une collectivité juive, peut aussi être la cible de ces attaques. Dans les affirmations antisémites, il est fréquent que les Juifs soient accusés de conspiration contre l'humanité. Ce type d'accusation est souvent utilisé pour rendre responsables les Juifs de “tout ce qui va mal”. L'antisémitisme peut être exprimé par le biais de discours, d'écrits, de formes visuelles et d'actions, et fait appel à des stéréotypes sinistres et des traits de caractère négatifs.

Exemples actuels non exhaustifs d'attitudes antisémites dans la vie publique, les médias, les écoles, au travail et dans la sphère religieuse:

  • Appeler à tuer et à faire souffrir les Juifs, de même que soutenir ou justifier ces exhortations, au nom d'une idéologie radicale ou d'une vision religieuse extrémiste.
  • Faire des allégations mensongères, déshumanisantes, diabolisantes ou stéréotypées sur les Juifs en tant que tels ou sur le pouvoir des Juifs en tant que collectivité - par exemple les mythes sur une conspiration mondiale juive ou sur les Juifs contrôlant les médias, l'économie, le gouvernement ou les autres institutions de la société.
  • Accuser les Juifs en tant que peuple d'être responsables des méfaits réels ou imaginaires commis par une seule personne juive ou un seul groupe juif, ou même d'actes commis par des non-Juifs.
  • Nier le fait, l'objectif, les mécanismes (e.g. les chambres à gaz) ou l'intention du génocide à l'encontre du peuple juif par l'Allemagne national-socialiste, ses défenseurs et ses complices au cours de la Seconde Guerre mondiale (l'Holocauste).
  • Accuser les Juifs en tant que peuple, ou Israël en tant qu'Etat, d'inventer ou d'exagérer l'Holocauste.
  • Accuser les citoyens juifs d'être plus loyaux à l'égard d'Israël, ou de priorités juives supposées dans le monde, au détriment des intérêts de leurs propres nations.

Exemples des formes sous lesquelles l'antisémitisme se manifeste à propos de l'Etat d'Israël en prenant en considération le contexte général peuvent inclure:

  • Nier au peuple juif le droit à l'autodétermination, en prétendant par exemple que l'existence de l'Etat d'Israël est une entreprise raciste.
  • Faire preuve d'un double standard en exigeant d'Israël un comportement qui n'est attendu ni requis d'aucun autre pays démocratique.
  • Utiliser des symboles et images associés à l'antisémitisme classique (e.g. l'affirmation que les Juifs ont tué Jésus ou les meurtres rituels) pour caractériser Israël et les Israéliens.
  • Faire des comparaisons entre la politique actuelle israélienne et celle des nazis.
  • Tenir les Juifs de manière collective pour responsables des actions de l'Etat d'Israël.

Toutefois, les critiques à l'égard d'Israël comparables à celles exprimées à l'encontre d'autres pays ne peuvent être qualifiée d'antisémites.

Les actes antisémites sont criminels lorsqu'ils sont définis comme tels par la loi (par exemple, la négation de l'Holocauste ou la propagation de documents antisémites dans certains pays).

Les actes criminels sont antisémites quand les cibles des attaques, que ce soient des individus ou des biens - comme des bâtiments, des écoles, des lieux de culte ou des cimetières - sont choisis car ils sont juifs, ou perçus et assimilés comme tels.

La discrimination antisémite est le fait de refuser aux Juifs les opportunités ou services disponibles aux autres. Elle est illégale dans de nombreux pays.

© Traduction du European Forum on Antisemitism amendée par la LBCA

EUMC Antisémitisme Antisionisme