Tag ‘Gaza’

“Un exode des Juifs a commencé en Belgique”

Depuis plusieurs années, les 40.000 Juifs de Belgique assistent à une recrudescence de l’antisémitisme. Les propos décomplexés de Dieudonné ou l’attentat commis au Musée Juif le 24 mai dernier ne seraient que la pointe visible de l’iceberg. Pour Joël Rubinfeld, président de la Ligue belge contre l’antisémitisme, il faut se dépêcher d’agir.

«La prochaine manif doit être interdite»

Dire que la Ligue Belge contre l’Antisémitisme (LBCA) est remontée après les événements de samedi est un euphémisme. Son président, Joël Rubinfeld, fustige «la politique de l’autruche», pour reprendre ses termes, du bourgmestre Yvan Mayeur (PS). «Nous l’avons interpellé à quatre reprises avant la manifestation mais nos mails et coups de fil sont restés sans réaction. Nous lui avons fait part de notre surprise vis-à-vis de sa politique du «ni-ni», la manifestation étant non autorisée mais non interdite. Certains signes avant-coureur nous inquiétaient et ce qui devait arriver est arrivé.»

«Les incidents à Bruxelles? La faute à Yvan Mayeur»

Les incidents survenus en marge de la manifestation contre l'offensive israélienne à Gaza, qui se tenait dans le centre de Bruxelles samedi, sont entièrement la responsabilité du bourgmestre de Bruxelles Yvan Mayeur, a indiqué Joël Rubinfeld, le président de la Ligue Belge contre l'Antisémitisme (LBCA). Selon la Ligue, lors de ces incidents, il n'y a pas seulement eu des slogans appelant à tuer des Juifs, mais un couple a également été agressé, couple dont les agresseurs pensaient, à tort, qu'ils étaient Juifs. «Nous avons averti le bourgmestre à plusieurs reprises» que de tels incidents pouvaient se produire, insiste Joël Rubinfeld.

Agression antisémite et «Mort aux Juifs» lors d'une manifestation «non autorisée mais non interdite» par le Bourgmestre de Bruxelles

La Ligue Belge contre l'Antisémitisme (LBCA) dénonce les violences antisémites et les dégradations publiques survenues pendant la manifestation anti-israélienne qui, au mépris de la loi, a investi le centre de Bruxelles ce samedi 19 juillet 2014.

A l'issue de cette manifestation, 200 à 300 participants se sont en effet livrés à des actes de violence aux abords de la Gare centrale où, armés de chaises et de panneaux routiers arrachés, ils ont scandé «Mort aux Juifs», brisé de nombreuses vitrines de magasins et endommagé des véhicules garés sur son parcours.

Une dizaine de manifestants s'en est aussi pris à un couple d'une trentaine d'années qui se promenait dans le quartier, aux cris de «Il est juif!». Le «Juif» présumé a ainsi reçu plusieurs coups de la part de cette meute déchaînée.

La LBCA appelle le Bourgmestre de Bruxelles à interdire la manifestation à haut risque du 25 juillet

La Ligue Belge contre l'Antisémitisme (LBCA) appelle le Bourgmestre de la Ville de Bruxelles à interdire la manifestation «Journée mondiale d’al-Quds» prévue ce vendredi 25 juillet et organisée par Nordine Saïdi, responsable du Mouvement Citoyen Palestine et candidat aux dernières élections du Parti Islam.

Le choix délibéré du jour (après la prière du dernier vendredi du mois de Ramadan, décrété en 1979 «Journée mondiale d’al-Quds» par l'Ayatollah Khomeiny pour prôner, selon ses propres termes, «la victoire des Musulmans sur les infidèles» et appeler à la destruction de l'Etat juif), l'identité de l'organisateur (ex-membre du Conseil d'administration du MRAX exclu du mouvement antiraciste pour pour avoir diffusé à travers son blog des textes antisémites), le texte officiel de l'appel à manifester («Soutien total et inconditionnel à la Résistance palestinienne sous toutes ses formes», c'est-à-dire un soutien explicite au terrorisme pratiqué notamment par le Hamas, organisation inscrite sur la liste des organisations terroristes de l'Union européenne dont notre pays est l'un des Etats membres) combinés à l'écho de l'actualité au Proche-Orient garantissent la participation de manifestants dont les esprits auront été consciencieusement chauffés à blanc.

La manifestation pro-Gaza dérape à Bruxelles

Une bande de 200 à 300 casseurs aux visages masqués a provoqué des incidents graves dans le quartier de la Gare centrale, à Bruxelles, alors que se disloquait une manifestation pro-palestinienne qui s’était, jusque-là, déroulée dans le calme. Des jeunes, le visage recouvert de keffieh, sont montés sur des voitures, des vitres ont été brisées, dont celle d’au moins un magasin. Des cris «mort aux juifs» ont été entendus tandis qu’un jeune, désigné comme «juif» par des vociférateurs, se faisait poursuivre. La police a fait fermer la station de métro «Gare centrale».

La Stib condamne l'exhibition de drapeaux palestiniens par ses conducteurs

Des véhicules de la Stib ont été aperçus avec des drapeaux palestiniens sur le pare-brise, notamment le bus 66 en direction de De Brouckère mardi vers 18h, et le bus de la ligne 80 en direction de Maes mercredi vers 21h30 place du Luxembourg, a dénoncé ce jeudi le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA), Joël Rubinfeld.

Le pire incident antisémite de l'année a eu lieu en Belgique

Un incident antisémite qui s'est déroulé durant l'été à Anvers, où un médecin de garde a refusé de soigner une patiente juive de 90 ans, est considéré par le Centre Simon Wiesenthal comme le pire acte antisémite de l'année dans le monde. Le Centre Simon Wiesenthal, basé à Los Angeles, vient en effet de publier son Top ten de l'antisémitisme.

Propos antisémites d'un membre du CD&V: la LBCA demande l'exclusion d'Hassan Aarab

Le président de la Ligue belge contre l'antisémitisme (LBCA) Joël Rubinfeld a fait part jeudi de la décision d'introduire une plainte contre l'élu CD&V Hassan Aarab relative aux propos antisémites tenus sur sa page Facebook. L'association réclame, par ailleurs, son exclusion définitive du parti. La ligue estime «inadmissible qu'un responsable politique d'un parti démocratique tienne des propos nazis sur la place publique virtuelle». Elle fustige également le maintien de ces propos préalablement à la présentation d'excuses. Pour contrecarrer l'emballement antisémite actuel, Joël Rubinfeld exige une sanction immédiate.